Archives pour la catégorie Divers

J’expose au Salon des Art à Chaponost (69)

Tous les deux ans depuis quelques années j’ai grand plaisir à faire partie du salon des Arts à Chaponost. Cette année, pas moins de 47 artistes seront représentés, avec près de 390 oeuvres. J’ai choisi d’y présenter uniquement mes peintures de chats (une douzaine au total). Mon père sera aussi présent lors de l’exposition, avec uniquement des peintures de fleurs cette année ! On va nous prendre pour une famille de monomaniaques ;o)
L’exposition se tiendra du 7 au 16 novembre 2014, tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 19h – entrée gratuite bien évidemment. Vernissage, le 7 novembre à partir de 18h30.
N’hésitez pas à venir y faire un tour et à diffuser largement l’information autour de vous. Continuer la lecture de J’expose au Salon des Art à Chaponost (69)

La belle complicité de Katherine avec son chat Lilu Blue Royal Lady

En tant que fan de photographie et de chats, je ne pouvais pas ne pas vous faire partager ces magnifiques clichés noir et blanc de l’économiste et photographe russe Andy Prokh.

Il a fait toute un série de photos mettant en scène la complicité qui règne entre sa petite fille de 4 ans Katherine, et son chat, un british shorthair prénommé Lilu Blue Royal Lady.

Des photos à la fois drôles et émouvantes, qui nous rappellent toute la place que prennent dans notre vie nos fabuleux compagnons.
chat1
Continuer la lecture de La belle complicité de Katherine avec son chat Lilu Blue Royal Lady

De l’hyperréalisme, ou pas

Quand je fais mes portraits d’animaux, je ne choisis pas de faire de l’hyperréalisme de manière consciente. Je ne me suis jamais dit en peignant, ‘tiens, si je faisais de la peinture hyperréaliste’. Je n’aurais même jamais moi-même attribué ce qualificatif à mes peintures, un peu comme Monsieur Jourdain qui fait de la prose sans le savoir, je peins, et puis c’est tout et le résultat est ce qu’il est.

Quand je regarde mes portraits animaliers, je vois avant tout chaque coup de pinceau que j’ai donné, chaque partie que j’aurais pu traiter différemment et le « je ne sais quoi » de plus que j’aurais pu apporter à mon dessin et que je cherche encore à atteindre.

Aquarelle
Aquarelle – 12x18cm – Lorjanne

Il est certain que j’ai toujours été attirée par la peinture documentaire, et c’est l’option que j’avais choisie en 3ème année de spécialisation à l’école, mais j’adore surtout l’impressionnisme et le fauvisme. Vlaminck, Matisse, Raoul Dufy, Albert Marquet, Henri Manguin, Degas, Gauguin, Monet, Manet, Berthe Morisot, Pierre Bonnard, Turner font partie de mes peintres préférés.

portrait acrylique
Acrylique – 60x60cm – Lorjanne

Je m’essaye donc à d’autres sujets et à diverses techniques, avec plus ou moins de succès ;o)
J’aime bien utiliser l’aquarelle pour les paysages et l’acrylique pour les portraits comme vous pouvez le voir dans deux de mes peintures ci-dessus. Je ne fais pas (encore) de peinture à l’huile, j’ai un peu de mal avec la lenteur de séchage qui impose de travailler à un certain rythme et avec l’odeur qu’elle dégage car je n’ai pas d’atelier.

Bref, j’espère faire évoluer ma peinture animalière hors des frontières de la technique pure si mon cerveau analytique veut bien lâcher prise, on verra ce que ça donne ;o)

Commandez votre impression sur papier d’art

Je vais proposer prochainement des reproductions haute définition de certaines de mes oeuvres en tirage limité, numérotées et signées, de quoi se faire plaisir à petit prix. Je vous informerai dès que le premier tirage sera disponible.

Le papier :

Les tirages sont réalisés sur un papier lisse 100% coton mat 320 g de haute qualité permettant une impression de haute définition avec un grand respect des couleurs. Il s’agit d’un papier Canson Arches au pH neutre sans acide et sans azurant optique. L’aspect de ce support est mat au grain très lisse, de plus le grammage élevé lui confère une bonne tenue.
L’état de surface du papier utilisé procure un résultat très détaillé avec un excellent niveau de contraste.

L’impression :

Système de tirage aux encres pigmentaires Epson Ultrachrome K3 qui assure aux oeuvres une haute résistance à la lumière. Ces encres assurent aussi une grande uniformité d’un tirage à l’autre et une durée de vie des teintes allant jusqu’à 75 ans pour la couleur et de plus de 100 ans pour le noir et blanc.
La résolution parfaite de l’image est assurée par une résolution d’impression de 2880 ppp.

Le procédé de ‘Giclée’ :

Le terme giclée (Giclee print) est le terme générique utilisé dans le monde entier pour caractériser une impression d’art sur imprimante à jet d’encre haute définition grand format. C’est le mot français qui a d’abord été employé tel quel, avec l’accent, par les inventeurs anglophones du procédé. Puis le terme a été réimporté en français lorsque cette technique s’est répandue.

L’impression d’une giclée peut être réalisée sur différents supports tels que la toile d’artiste, le papier Arches, etc.
Dans des tirages limités, les oeuvres peuvent être numérotées comme les lithographies d’autrefois, que les giclées sont en train de remplacer petit à petit. Les encres utilisées sont résistantes au rayonnement ultraviolet et ne craignent pas les projections d’eau.

Lecture : Les chats de hasard

Extrait du livre d’Anny DUPEREY « Les chats de hasard »

photo poladroid chat
Les gens qui aiment les chats évitent les rapports de force. Ils répugnent à donner des ordres et craignent ceux qui élèvent la voix, qui osent faire des scandales. Ils rêvent d’un monde tranquille et doux où tous vivraient harmonieusement ensemble. Ils voudraient être ce qu’ils sont sans que personne ne leur reproche rien.

Les gens qui aiment les chats sont habiles à fuir les conflits et se défendent fort mal quand on les agresse. Ils préfèrent se taire, quitte à paraître lâches. Ils ont tendance au repli sur soi, à la dévotion. Ils sont fidèles à des rêves d’enfant qu’ils n’osent dire à personne. Ils n’ont pas du tout peur du silence. Ils ne s’arrangent pas trop mal avec le temps qui passe, leur songe intérieur estompe les repères, arrondit les angles des années.

Les gens qui aiment les chats adorent cette indépendance qu’ils ont, car cela garantit leur propre liberté. Ils ne supportent pas les entraves ni pour eux-mêmes ni pour les autres. Ils ont cet orgueil de vouloir être choisis chaque jour par ceux qui les aiment et qui pourraient partir librement, sans porte fermée, sans laisse, sans marchandage. Et rêvent bien sûr que l’amour aille de soi, sans effort, et qu’on ne les quitte jamais. Ils ne veulent pas obtenir les choses par force et voudraient que tout soit donné.

Les gens qui aiment les chats, avec infiniment de respect et de tendresse, auraient envie d’être aimés de la même manière – Qu’on les trouve beaux et doux, toujours, qu’on les caresse souvent, qu’on les prenne tels qu’ils sont, avec leur paresse, leur égoïsme, et que leur seule présence soit un cadeau.

Dans le doute de pouvoir obtenir un tel cadeau, ils le donnent aux chats. Ainsi cela existe. ça console.

Les gens qui aiment les chats font une confiance parfois excessive à l’intuition. L’instinct prime la réflexion. Ils sont portés vers l’irrationnel, les sciences occultes. Ils mettent au-dessus de tout l’individu et ses dons personnels et sont assez peu enclins à la politique. Les tendances générales, les grands courants, les mouvements d’opinion, les embrasements de foule les laissent aussi circonspects que leur animal devant un plat douteux. Et si leur conviction les pousse à s’engager, une part d’eux-même reste toujours observatrice, prête au repli dans son territoire intime et idéaliste, toujours à la frange, comme leurs compagnons, d’un pacte avec la société et d’un retour vers une vie sauvage dans l’imaginaire.

Les gens qui aiment les chats sont souvent frileux. Ils ont grand besoin d’être consolé. De tout. Ils font semblant d’être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas grandir. Ils préservent jalousement leur enfance et s’y réfugient en secret derrière leurs paupières mi-closes, un chat sur les genoux.

– A quoi penses-tu ?
– A rien…
– Tu ne dis rien. Tu es triste ?
– Oh, non !
– Tu es fatigué ?
– Non, je rêve, c’est tout.
Enfin j’ai cru remarquer que les gens qui aiment les chats étaient souvent ainsi…
J’aime les chats.

Je vous conseille la lecture de ce petit livre que j’ai bien apprécié, moi qui ne connaissais pas les talents d’écriture de l’actrice Anny Duperey.

Photographie : Laure Simonin Effet rendu avec Poladroid